Logo Brack
Sommer.jpg

Sécurité dans l’eau et sur l’eau

Descendre la rivière sur un bateau gonflable, un matelas gonflable ou un stand up paddle (SUP). Chaque beau jour d’été, les cours d’eau suisses sont remplis de canots pneumatiques de toutes couleurs, de licornes, de matelas gonflables, de bouées et pastèques gonflables ainsi que d’innombrables nageurs et nageuses. Toutefois, ce qui a l’air si cool et facile comporte aussi des risques.

Lors des belles journées d’été, d’innombrables nageurs.euses et baigneurs.euses s’ébattent sur nos rivières suisses. Aujourd’hui, c’est presque devenu le passe-temps numéro 1 de l’été. Sur les bateaux, les licornes, les SUP, les ilots gonflables, on trouve presque toujours des jukebox, des étuis étanches pour téléphones portables, de la crème solaire, beaucoup de nourriture et encore plus d’alcool. On y trouve, malheureusement, encore trop rarement des gilets de sauvetage. Trop encombrant, trop inconfortable, trop étroit, trop chaud, trop peu sexy et en plus on ne bronze pas vraiment avec...

Mais ces excuses ne sont plus valables.

Un gilet de sauvetage par personne est obligatoire


Selon l’article 134 al. 4 de L’Ordonnance sur la navigation dans les eaux suisses, les conducteurs de bateaux pneumatiques et de bateaux de plage sont tenus, sur les cours d’eau, d’emporter un moyen de sauvetage, par exemple un gilet de natation ou, mieux encore, un gilet de sauvetage, pour chaque personne se trouvant à bord. Sinon, ils s’exposent à une amende de 50 francs pour chaque personne. Les gilets doivent avoir une flottabilité d’au moins 75 newtons. Les gilets de natation gonflables sont admis si le processus de gonflage est déclenché automatiquement ou manuellement. Il est préférable de porter un gilet de natation classique dès le départ. Il sert en premier lieu à assurer une flottabilité suffisante dans l’eau pour pouvoir nager de manière autonome jusqu’à la rive ou pour regagner le bateau. Un gilet de sauvetage offre encore plus de protection. Il possède en outre un col qui permet, en cas d’évanouissement, de se retourner automatiquement sur le dos. Ce gilet est un peu moins bien adapté à la natation. Leur objectif est de maintenir le porteur ou la porteuse hors de l’eau pendant une période prolongée.


RESTUBE - Petit, maniable, léger et sûr



Si vous nagez sur de longues distances en eau libre ou si vous utilisez fréquemment un SUP, le RESTUBE classic devrait vous intéresser. Il s’attache facilement autour de la taille et, en situation d’urgence, il suffit de tirer fortement sur le déclencheur. Il se gonfle pour devenir une bouée de sauvetage et permet d’éviter la panique. On peut s’y accrocher et ensuite se sauver soi-même en gardant l’esprit clair ou attendre que d’autres nous aident. La bouée jaune permet de se déplacer en toute sécurité sur l’eau et d’attirer l’attention sur soi.Une aide sûre pour le SUP et la natation en eau libre.

La bouée de sauvetage à emporter

Qui ne les connaît pas? Les grandes bouées de sauvetage blanches et rouges accrochées aux balustrades des piscines et, de temps en temps, le long des rivières.

Désormais, les bouées de sauvetage sont disponibles dans un format commode à emporter, ce qui est très pratique.


OneUp - La bouée de sauvetage portable et ultra-compacte pour les déplacements

Elle ressemble un peu à une boisson énergisante, ne mesure que 17,5 centimètres et pèse 370 grammes. Tout comme le RESTUBE, elle se glisse facilement dans un sac de bain, un sac à dos ou un panier de vélo.


En cas d’urgence, il suffit de la jeter simplement à l’eau, OneUP sans nécessité d’activation manuelle, pour aider la personne en détresse. En effet, au contact de l’eau, elle se gonfle automatiquement pour former une bouée de sauvetage. Une fois ouverte, elle est facile à replier La cartouche peut être facilement remplacée et la bouée de sauvetage est ensuite immédiatement utilisable. La OneUp a une force de flottabilité de 110 Newton et est certifiée ISO 12402-3. Cette norme définit les exigences techniques de sécurité pour les gilets de sauvetage utilisés par des adultes de taille et de poids moyens pour un usage général.

RESTUBE et OneUp forment un bon duo et sont tout aussi indispensables lors d’une excursion au bord de l’eau ou sur l’eau que des boissons fraîches, une protection contre le soleil et de délicieuses choses à manger.


Le bateau et le matelas gonflable sans nom

Toute personne qui se déplace sur un plan d’eau doit impérativement inscrire sur engin son nom, son prénom, son adresse et, de préférence, son numéro de téléphone portable. Ceci permet aux sauveteurs d’attribuer plus facilement les bateaux abandonnés à leur propriétaire et contribue également à éviter des opérations de recherche coûteuses. Celui qui ne marque pas son bateau ou son matelas pneumatique risque une amende de 40 francs.


Une promenade en bateau c’est marrant, une promenade en bateau c’est sympa...


Surtout s’il y a un peu d’alcool à bord. Au début de l’année 2020, le Conseil fédéral a certes supprimé la limite d’alcoolémie pour les conducteurs de bateaux gonflables, mais il n’en demeure pas moins que seules les personnes en état de conduire sont autorisées à des bateaux. Ce que cela signifie exactement n’est expliqué nulle part de manière détaillée. Il est toutefois vivement recommandé de respecter la limite de 0,5 pour mille. Il est également dangereux d’attacher des bateaux les uns aux autres. En effet, cela les rend moins manœuvrables, ils peuvent facilement s’enrouler autour de piliers de pont et chavirer. Autrement dit : On peut facilement se retrouver coincé et être entraîné sous l’eau.

Liste de contrôle pour naviguer en bateau pneumatique sur une rivière

  • Chaque personne sur le bateau DOIT obligatoirement avoir un gilet de sauvetage (Encore mieux: en porter un). Un gilet de sauvetage avec une flottabilité minimale de 75 newtons est encore plus sûr. Le col permet d’être retourné automatiquement sur le dos (par exemple en cas d’évanouissement).
  • La charge utile maximale indiquée sur le bateau ne doit pas être dépassée.
  • Vérifier au préalable les possibilités de montée et de descente.
  • Garder un œil sur les prévisions météorologiques (cellules orageuses).
  • Ne pas attacher les bateaux les uns aux autres.
  • Éviter les piliers de ponts, naviguer au milieu de la rivière.
  • Se protéger contre la chaleur/le froid.
  • Boire suffisamment pendant le trajet, mais pas d’alcool.
  • Signaler immédiatement un accident ou la perte du bateau au numéro d’urgence 112.


Règles de comportement en SUP

Aux yeux de la loi, le SUP est considéré comme un bateau à pagaie et à rames. Par conséquent lorsqu’il y a quelque part un panneau d’interdiction pour les bateaux à rames, on ne peut pas non plus y naviguer en
. Si l’on se trouve à moins de 300 mètres de la rive, les gilets de sauvetage ne sont pas obligatoires, mais recommandés. Mais à partir de 300 mètres, il est obligatoire d’avoir un gilet de sauvetage selon la norme SN EN ISO 12402-5:2006 (flottabilité minimale de 50 Newtons). Il n’est pas obligatoire de les porter, bien que ce soit toujours recommandé.Toutes les informations à ce sujet sont également disponibles ici.


Pour que rien ne se mouille…

Le Drybag, tel qu’on l’appelle, est un sac extrêmement pratique. Ce modèle de KOOR est non seulement étanche et une aide à la natation, mais aussi une bouée de sécurité. La chambre à air gonflable assure la flottabilité et est séparée de l’espace de rangement. Le compartiment séparé avec fenêtre est également très pratique. On peut y placer ses objets de valeur et son téléphone portable et, ainsi, les avoir rapidement à portée de main.

Le Drybag est disponible en trois couleurs fluo pour être toujours bien visible en eau libre. Il suffit d’attacher la ceinture réglable autour de la taille ou du bras et c’est parti.

Nous vous souhaitons un très bel été et: «Prenez soin de vous!»

Partager l'article:

XLinkedInTumblrRedditWhatsAppPrint

Commentaires