Depuis maintenant un demi-siècle, nous connaissons la surface de la Lune

Difficile à croire : le 21 juillet 1969, il y a exactement 50 ans, Neil Armstrong était le premier homme à marcher sur la Lune. À cette occasion, nous aimerions vous offrir la Lune et les étoiles avec une offre spéciale anniversaire.

Après la décision du président américain John F. Kennedy, en 1961, d’envoyer un homme sur la Lune avant la fin de la décennie, la NASA (National Aeronautics and Space Administration) lance le programme Apollo. À partir de ce moment, les États-Unis et l’URSS, qui avaient lancé au grand dam des Américains le premier satellite en orbite autour de la Terre Spoutnik, se sont livrés à une course sans relâche.

Après seulement huit années de développement, le 16 juillet 1969, la mission Apollo 11 est lancée. C’est le début du voyage vers le satellite de la Terre à bord d’une fusée Saturn V avec à son bord l’équipage composé des trois astronautes Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins..

Quatre jours plus tard, le module lunaire « Eagle » atterrit sur la Lune. Le 21 juillet 1969, Armstrong et Aldrin font leurs premiers pas à la surface de la Lune. Cet exploit historique est retransmis en direct à la télévision dans le monde entier. Armstrong prononce alors sa citation célèbre : « That’s one small step for (a) man, one giant leap for mankind. » (« C’est un petit pas pour l’homme, mais un pas de géant pour l’humanité ».

Euphorie lunaire
Lors des six missions Apollo, qui eurent lieu jusqu’en 1972, douze astronautes marchèrent sur la Lune. Seule la mission Apollo 13 fut privée d’alunissage, en cause l’explosion d’un réservoir d’oxygène. Dans une course contre la montre dramatique, après avoir orbité autour de la Lune, la fusée retourna sur Terre sans avoir pu accomplir sa mission.

L’ère de conquête lunaire prit fin avec la mission Apollo 17. Depuis, plus aucun homme ne retourna sur la Lune. Les enregistrements originaux des ordinateurs de navigation de l’époque furent également perdus et les plans de la plus grande fusée de l’époque, la Saturn V, détruits après les différentes missions par crainte de l’espionnage.

Nostalgie lunaire
Ce n’est que 45 ans plus tard que le désir de retourner sur la Lune revient. En effet, en 2017, le président américain Donald Trump annonce que les États-Unis veulent à nouveau envoyer une équipe d’astronautes américains sur la Lune et y établir une présence permanente. Cela prendra probablement un certain temps, car il faudra mettre au point de nouveaux vaisseaux spatiaux.

Que faire pendant ce laps de temps ? Nous pouvons admirer la Lune et les planètes de notre système solaire ou les constellations d’étoiles lointaines à l’aide de télescopes.

Télescopes

Les télescopes sont des dispositifs optiques ou électromagnétiques complexes qui permettent d’observer les corps et les processus célestes en dehors de l’atmosphère Terrestre. Même si les scientifiques utilisent habituellement d’énormes radiotélescopes ou le télescope spatial Hubble en orbite Terrestre pour observer l’univers, il existe de nombreux télescopes optiques idéaux pour les astronomes amateurs ou les photographes dans différentes catégories de prix.

Selon les prix, les télescopes avec des systèmes d’objectifs et de miroirs complexes peuvent être alignés manuellement ou même via des applications sur les corps célestes à observer et ont souvent aussi des systèmes de connexion pour les caméras. Il est ainsi possible de prendre des photos à couper le souffle du ciel étoilé ou de la Lune et sa surface.

Télescopes et supports : les versions de base

Télescopes à miroir avec réflecteurs
Ces télescopes permettent d’observer le ciel à un angle de 90°. Pour l’optique, le télescope est équipé d’un miroir de renvoi sphérique ou parabolique.

Télescopes réfracteurs
Les télescopes réfracteurs sont dotés d’un système optique linéaire qui permet d’utiliser le télescope depuis l’arrière.


Monture azimutale
La monture azimutale constitue le modèle de monture le plus simple. Normalement, le télescope est monté sur une fourche et peut être ajusté selon deux axes. Lors de l’observation d’un corps céleste, les deux axes doivent être continuellement réajustés en raison de la rotation de la Terre.

Monture équatoriale
Cette monture est basée sur un « système de coordonnées célestes », ajustable à l’aide d’une étoile polaire et permet un suivi plus facile des objets célestes par rapport à la rotation de la Terre. Un seul des axes doit être réajusté pour garder un objet en ligne de mire.

Désirez-vous vous essayer à l’observation du ciel ou à l’astronomie en amateur ?

Nous sommes heureux de vous proposer les deux télescopes suivants en promotion dans le cadre de notre campagne anniversaire à l’occasion du 50e anniversaire du premier alunissage :

Découvrez notre vaste assortiment de télescopes accessibles à tous les budgets

Télescopes de Dörr Télescopes de Celestron Télescopes de National Geographic

Afficher plus
Afficher plus
Afficher plus

Plus de produits passionnants dans notre assortiment destiné à tous les passionnés de l’espace et de la NASA

Spectaculaire, modèle d’un mètre de haut du lanceur Saturn V de la mission Apollo de la NASA, de LEGO

N° d’article 608818
CHF 149.–

  • Modèle détaillé à l’échelle 1:110
  • Contient trois minifigurines d’astronautes
  • Étages de fusée amovibles
  • Comprend l’engin spatial Apollo composé du module et de l’orbiteur lunaire
  • Avec livret sur les missions habitées Apollo

Maquettes de Revell

Afficher plus